L’homéopathie ou le pouvoir de guérison par l’esprit ?

27 août
2005

La prestigieuse revue médicale the Lancent a publié le 27/08/2005 une étude de chercheurs européens selon laquelle l’homéopathie n’aurait pas plus d’effet qu’un placebo.

A la recherche d’informations sur le sujet, je suis tombé sur un billet intéressant dont le contenu (à défaut du titre) s’avèrent instructif. Notons qu’il est daté du 21/08/2004 ce qui n’en donne que plus de mérite à son auteur.

S’il est légitime de chercher à comprendre le fonctionnement de l’homéopathie force est de lui concéder une relative efficacitée (sur votre serviteur en tout cas, à moins que ce ne soit une efficacité relative) pour les maux usuels de type rhume, stress (etc) sans aucun des effets secondaires indésirables des antibiotiques mentionnés dans les longues liste des notices (ex pris au hasard : sécheresse de la bouche, difficulté pour uriner, troubles de l’accomodation, confusion ou excitation, …).

Efficacité constatée empiriquement par ses utilisateurs mais jamais scientifiquement démontrée de manière indéniable par ses fabricants pour la simple et bonne raison que les connaissances actuelles ne permettent pas d’expliquer comment un médicament homéopathique pourrait contenir des éléments actifs vues les méthodes de fabrication (les dilutions sont telles qu’il ne reste même plus une molécule du principe actif de départ dans le produit final donc acte).

Admettons que le principe guérisseur de l’homéopathie ne soit rien de plus que le fait de savoir que son mal est reconnu et pris en compte par l’autre (le médecin, le parent …) ou par soi-même et que cela suffise pour que par auto-suggestion notre organisme se soigne. Et bien tant mieux, développons cette voie de manière claire en évitant tout charlatisme.

Il est peut être temps de remettre le malade au centre comme un patient et non un client, voire une vache à lait, pour des médecins pressés de rentabiliser leur cabinet et des laboratoires pharmaceutiques soucieux de toujours augmenter les dividendes de leurs actionnaires.

Le sujet central ne devrait pas être le médicament mais le soin apporté de l’individu .

Comme disait la pub « Les antibiotiques c’est pas automatique » !

Ajouter un commentaire

Haut